La préparation

Ça a commencé 3 ans plus tôt, du genre « 3 semaines, c’est trop court pour un vrai voyage. Et si on partait plusieurs mois ? »

Ben oui, sauf que comme d’habitude, on a une multitude de raisons pour trouver cela impossible, du moins pour l’instant … Mais si on attend, on ne le fera jamais ! Alors c’est décidé, on part quelques mois, 4 au moins, qui sont en fait devenus rapidement 8.

Quand ? Côté professionnel, ça semble faisable en 2019. 3 ans pour informer la boite, préparer mon remplacement, et partir sans lâcher les collègues au milieu du gué.

Comment ? Ben en moto pardi !

Alors c’est parti, on fait une grosse marque sur l’année 2019, et on se prépare:

  1. Avertir les proches et la boite sans tarder, comme cela, on ne fera pas marche arrière. Voilà qui est fait dès fin 2016
  2. Construire un budget, faire les comptes, et pour cela, faire des choix ! Durée du voyage ? Moto neuve ? Camping ou B&B, ou les 2 ?
  3. Dresser la liste de tout ce qu’il faut renouveler, acheter, tester, bricoler, et faire, tout simplement. Début 2018, une belle liste trône sur la porte du frigo, et notre grand plaisir est de cocher les lignes peu à peu

Sans prétention, nous allons partager avec vous ces préparatifs, et promis, nous vous dirons au fil du voyage lesquels de nos choix ont été bons, et ceux qui l’ont été moins …

La Moto

La voyageuse par excellence est teutonne, mais ils ont tous la même, même ceux qui roulent pas ! Alors nous resterons fidèles aux rosbifs de Hinckley, nous partirons en Tiger 1200. Cette moto, nous la connaissons bien, nous en avons 1 depuis 2 ans et elle nous a emmené en Italie, Autriche, Allemagne, Suisse, et aux quatre coins de la France. Mais avec un tour d’Europe, elle dépassera 80.000 km. Alors c’est décidé, on la remplace par le dernier modèle, dès juin 2018, pour avoir le temps de l’équiper et d’user un train de pneus.

Côté équipement, des choses simples et éprouvées: un kit de valise / top case alu, une tool box du même fabricant (un peu décevante, on y rentre tout juste quelques outils et le compresseur), une grille de protection radiateur, un sabot alu, le crash bar moteur de l’ancienne 1200 (il est top: suffisamment grand pour y poser les jambes en mode Harley pour se reposer), et au diable l’avarice: poignées et selles chauffantes !

J’ai pris un rapide cours d’entretien pour les nuls: Sandy, notre mécano, m’a appris à remplacer les pneus et les plaquettes de frein (merci Sandy !). Sur ses conseils, j’ai fait le tour de la moto pour compléter la trousse à outils (et oui, la trousse rosbif ne contient même pas les clefs nécessaires pour déposer les plaquettes !). Il m’a aussi conseillé de prendre de la « soudure froide », il parait qu’on fait des miracles avec.

L’équipement du motard

La difficulté, c’est de partir 8 mois sans retour au bercail, faire le Sud et le Nord de l’Europe, et donc rouler par des températures de 0 à 40°C. Impossible d’emporter les tenues d’hivers et d’été !

Côté vestes, aucun problème, nos vestes rosbif (Hinckley, oui, nous avons craqué il y a quelques années, et ne l’avons jamais regretté !) sont parfaites: très chaudes, et pour autant très confortables par plus de 30°C, une fois les doublures ôtées et les prises d’air ouvertes.

Mais côté pantalons, plus compliqué. alors nous avons un peu cassé la tirelire:

  • un 3 en 1 pour moi (lui): doublure chaude et doublure Gortex amovible. Normal, je suis en première ligne ! Mais comme ces vêtements sont taillés pour des bellâtres de magazines, j’ai dû trouver une couturière chevronnée qui a repositionné les protections de genoux.
  • un 2 en 1 pour Jo, option jambes courtes (oui ! Il y a quelques fabricants qui se soucient de nous les gens normaux !)

Nos casques sont des modulables Nolan N104 et N100.5, toujours dans le souci  de polyvalence, et équipés du système radio n-com B901. J’en parle parce que ce système est cher, mais bluffant ! Qualité extra, fonctionnalités multiples, filtre anti bruit (vent) incroyable (nous ne sommes pas sponsorisés par la marque).

L’hébergement (…)

Pour le fun et le budget, nous camperons autant que possible. Mais pour cela, il en faut du matos ! Tente 3 places (nous 2 et les bottes et blousons …), 1 tapis de sol fait maison, 2 sacs de couchage, 2 matelas et 2 oreillers gonflables, 1 réchaud. Mais où mettre tout cela ?

Médias

1 PC « ultra portable » acheté d’occasion et équipé d’un disque SSD: ne craint pas les vibrations et consomme 2 fois moins.

1 appareil photo compact, 1 caméra action, et quelques jouets pour faire de belles images (stabilisateur, perche, micro …)

Voilà, tout y est, ou presque. 1 an pour s’équiper patiemment avec l’obsession du petit, compact, léger et robuste. Nous partons demain, le test en grandeur nature va pouvoir commencer !

On va mettre tout ça où ?!?
Vous n’y croyez pas ? Pourtant tout y est !
L’exploit: la tente 3 places qui fait 37x17x17 cm et < 3 kg. Vous la voyez ?